/
Nouveauté
0/5

0 avis

Can't turn me around
Musique audio

de Dedicated Men Of Zion

Auteur(s)

Contient

Father, guide me, teach me ; Leak in this old building (A ) ; Down here Lord ; I feel alright ; Can't turn me around ; You don't know ; Leaning on the Lord ; When I look back ; It's a shame ; Work until my days are done ;

Editeur

Bible & Tire Recording Co.

Date d'édition

2020

Description

1 disque compact (39 min)

Thème(s)- Sujet(s)

gospel

Langues

anglais

Ean

0854255000076


Après l’anthologie consacrée à Elizabeth King et le disque des Sensational Barnes Brothers, Bible & Tire, le label gospel monté par le patron de Fat Possum Bruce Watson, continue à tenir ses promesses avec cette nouvelle parution. Emmenés par Anthony Daniels, entendu comme choriste chez Toni Braxton ou BeBe Winans, les Dedicated Men of Zion, qui ont déjà publié un album autoproduit en 2016, s’inscrivent en droite ligne dans la riche tradition gospel de Caroline du Nord, un lien d’autant plus direct que Daniels est le fils et le neveu des membres des Glorifying Vines Sisters, un groupe féminin actif depuis les années 1970.Comme les frangins Barnes, c’est à Memphis et sous le pilotage de Bruce Watson que les Dedicated Men of Zion ont enregistré ce nouveau disque, accompagnés des mêmes musiciens ̂?le guitariste Will Sexton, l’organiste Calvin Barnes?̂ renforcés cette fois de cuivres emmenés par le vétéran Jim Spake, et en puisant à nouveau dans le copieux répertoire du label local D-Vine Spiritual (dont Watson promet prochainement un coffret). Aussi ancrés dans la tradition que les Barnes Brothers, les Dedicated Men of Zion pimentent cependant leur gospel d’influences soul et blues marquées, dans leur chant très expressif, mais aussi au niveau instrumental, de la guitare saturée du titre d’ouverture à l’orgue inspiré de A leak in this old building.Emprunté aux très obscurs Gospel Wymics, It’s a shame s’inscrit dans la tradition des titres mêlant spiritualité et questions sociales et n’a rien perdu de son actualité ni de sa puissance. L’ensemble redonne vie aux grandes heures du gospel indépendant des années 1970 telles que documentées, par exemple, sur les anthologies ̉Good God!̀ de Numero et en confirme le potentiel contemporain. (Frédéric Adrian, Soulbag, juin 2020)

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs