/
Nouveauté
0/5

0 avis

Pelléas et Mélisande
Musique audio

de Claude Debussy

Auteur(s)

Avec

Editeur

Harmonia Mundi

Date d'édition

2022

Description

3 disques compacts (60, 34, 66 min). 1 livre (251 p.)

Note

Textes des chansons

Thème(s)- Sujet(s)

chant profane : opéra ; musique post-romantique : France

Langues

français

Ean

3149020944035

A la tête de son orchestre Les Siècles, François-Xavier Roth revisite depuis plusieurs années la musique française du début du XXe siècle en ayant soin de retrouver à la fois les instruments d’origine et les modes de jeu favorisant une plus grande clarté encore des timbres et des attaques. Après ses beaux enregistrements Debussy, Ravel et Stravinsky première manière (superbe intégrale de L’Oiseau de feu), on attendait évidemment le chef dans Pelléas et Mélisande, cet opéra qu’il dirigea tout au début de sa carrière et qui lui tient particulièrement à coeur.Cette nouvelle version du chef-d’oeuvre de Debussy a été captée les 20 et 21 mars 2021 à l’Opéra de Lille. Comme on pouvait s’en douter, l’orchestre, omniprésent dans la partition ̂ il annonce, souligne et commente l’action et les sentiments à la manière de Wagner et de Moussorgski ̂, a la part belle sous la baguette frémissante et raffinée de François-Xavier Roth, qui fait de cet étrange opéra une sorte d’oratorio profane.Du côté des chanteurs, c’est un régal d’entendre des voix françaises avec deux prises de rôles pour les personnages principaux. Vannina Santoni est une Mélisande moins ingénue qu’à l’accoutumée, elle s’affirme dès la scène de la forêt au début de l’ouvrage et c’est avec aplomb qu’elle déclarera plus tard à Pelléas dans leur dernière scène « Je ne mens qu’à ton frère ! ». Incarné par une voix de ténor et non par celle d’un baryton-Martin prévue par Debussy (comme autrefois le solaire Eric Tappy dans la belle version d’Armin Jordan chez Erato), Pelléas est à la fois fragile et dépassé par son funeste destin grâce à la très belle incarnation de Julien Behr. Alexandre Duhamel campe un Golaud touchant d’humanité mais rongé par la jalousie qui fera de lui le meurtrier de son jeune frère et, indirectement, celui de Mélisande. Jean Teitgen est un Arkel moins pontifiant que d’habitude, aveugle au propre et au figuré qui ne comprend rien à ce qui se trame au château tout enfermé qu’il est dans un idéalisme dépassé. Marie-Ange Todorovitch assume de son mieux le difficile et ingrat rôle de Geneviève dont les apparitions sont rares, mais décisives.Signalons enfin que François-Xavier Roth emploie la version définitive et complète, ce qui nous permet de redécouvrir les quelques mesures supprimées par la censure en 1902 au cours du difficile dialogue entre Golaud et son fils Yniold qu’il utilise pour espionner Mélisande dans sa chambre : « Et le lit ? Sont-ils près du lit », demande Golaud au comble de la jalousie. Par sa dimension poétique et sa distribution homogène, cette nouvelle version peut désormais figurer sans peine à côté des références laissées par Désormière, Inghelbrecht, Ansermet, Armin Jordan, Karajan ou encore Abbado. ″ François Hudry/Qobuz


Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Méditation : les plus belles mélodies classiques | Giulio Caccini

Méditation : les plus belles mélodies classiques

Giulio Caccini | Musique audio | ADF-Bayard Musique | 2007
Révolutions | Claude Debussy, Compositeur

Révolutions

Claude Debussy, Compositeur | Musique audio | La Dolce Volta | 2022
Paris 1900 : the art of the flute | Vincent Lucas

Paris 1900 : the art of the flute

Vincent Lucas | Musique audio | IndéSENS Records | 2021
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs